Rue Saint Eloi 211 A | 4300 Waremme

Alimentation anti inflammatoire

L’alimentation est un des piliers de l’évolution que nous voulons construire à CrossFit Reïkan.

Changer progressivement d’alimentation a tout simplement changé ma vie et j’ai envie que toute notre équipe VOUS aide à initier ce changement.

Je suis passé par des moments très difficiles en termes de fatigue intense, d’humeur sombre, de douleurs chroniques et de récupération quasi impossible.
Avec l’inflammation, j’ai développé une hypothyroïdie que seuls les médicaments parvenaient à soigner. Malgré ma passion, je ne parvenais presque plus à progresser en fitness.
J’ai même arrêté le basket, mon sport de toujours, tant les douleurs et la fatigue étaient insupportables.

Et c’est en changeant d’alimentation petit à petit que j’ai d’abord retrouvé une vie équilibrée (fini les douleurs lancinantes et l’humeur exécrable)
pour ensuite pouvoir atteindre un niveau d’énergie que je n’aurais pas cru possible auparavant.

Au final, les problèmes que j’ai du affronter, on les connait tous un peu : fatigue chronique, prise de poids incontrôlée, douleurs articulaires et troubles digestifs (pas toujours fun …) sont très répandus
Et si nous ajoutons à ça les problèmes de peau, les migraines, les insomnies et autres troubles du sommeil, ainsi que les diffficultés à construire de la masse musculaire,
On réalise que notre vie peut être infiniment meilleure quand on la nourrit comme elle doit l’être.

Ma thyroïde fonctionne aujourd’hui très bien, je m’entraîne plusieurs fois par semaine, j’évolue constamment, je récupère mieux et mon poids est stable.
Vous imaginez bien qu’avec un tel résultat après avoir connu des moments aussi difficiles, j’ai incroyablement envie de partager mes apprentissages avec vous !

Je ne prétends pas avoir la solution à tous nos problèmes mais il est certain qu’avec la bonne méthode et votre régularité, nous pourrons créer une vraie différence.

Jack

PS : Si vous souhaitez en savoir plus sur les principes de base de l’alimentation anti inflammatoire, vous pouvez retrouver quelques conseils pratiques ci-dessous ou dans nos podcasts sur ce thème.

Vous pouvez choisir de découvrir gratuitement notre salle, les coachs et  l’ambiance des cours.

↓ Cliquez sur le bouton ci-dessous pour réserver votre séance d’essai offerte ↓

5 CONSEILS APPLICABLES MAINTENANT

Un aliment est entier. La nature nous le fournit tel quel.
Un produit est une création de l’homme et un source de revenu pour l’industrie.

Pour ne pas citer de marque (mais le faire quand même parce qu’on s’en fout),
Une orange est un aliment, un Minute Maid est un produit.

Dans l’orange, vous trouverez, certes, du sucre, mais aussi des fibres insolubles et des vitamines, deux vraies sources de vie pour votre corps.
Dans le Minute Maid, après les process industirels, il vous restera le sucre et un vague goût d’orange. Rien d’autre.

Cet exemple n’en est qu’un parmi des milions. Et en plus d’être dépourvus de nutriments utiles, les produits sont souvent remplis d’additifs pour la conservation, le goût et l’addiction.
Notre corps n’est pas fait pour absorber et traiter ces produits chimiques et on sait aujourd’hui qu’ils sont véritablement dangereux pour la santé à long terme.

Mangez des aliments qui périment, qui sont parfois amers, qu’il faut souvent péparer… découvrez de nouveaux goûts, ajoutez-en et profitez de leurs bienfaits.
Mangez des aliments, des vrais. Et profitez de leurs bienfaits.

Nous savons aujourd’hui qu’en remplaçant quelques causes précises et fréquentes d’inflammation, nous pouvons créer des changements importants.
Nous allons commencer avec peu de choses mais les bonnes.
Enlevons le sparadrap directement, ça va faire mal !

Pour commencer, cherchez à diminuer les sucres. Ceux assez évidents commes les confitures, les morceaux dans le café, les biscuits, les barres chocolatées et les desserts.
Mais aussi ceux qui sont tristements recommandés (cette bonne vieiile pyramide alimentaire…) comme le pain, les pâtes, les pommes de terre (les frites), les compotes et les jus de fruit.
Et si vous êtes particulièrement sensible au sucre ou que vous rencontrez des difficultés à perdre du poids, vous pouvez également limiter les fruits.

Ensuite, diminuez petit à petit les céréales, jusqu’à vous en passer majoritairement.
Les céréales, et particulièrement le blé pourtant omniprésent dans notre alimentation, contiennent des anti nutriments et des protéines inflammatoires.
En d’autres termes, leur consommation régulière peut, d’une part, entraver l’absorption de certains micronutriments et, d’une autre, installer une inflammation chronique.
Pour éviter ces maux et, au passage, mieux maîtriser votre poids, remplacez les céréales comme le blé (pain, pâtes, biscuits, pizzas… ; notez que l’épeautre est une variété de blé) par des légumes en tout genre et quelques tubercules (carotte, panais, patate douce…).

Enfin, remplacez dès que possible les produits laitiers que sont le lait, les yaourts et les produits à base de ceux-ci.
Ils contiennent des substances produites par les vaches qui ne sont pas adaptées à l’homme mais à leur veau (hormones de croissance, insuline bovine…) et d’autres ajoutées par l’homme qui se retrouvent dans notre assiette (traitements hormonaux, antibiotiques…).
On sait aujourd’hui qu’un excès de produits laitiers, particulièrement ceux industriels, peut favoriser le développement de maladies “de civilisation” comme le diabète de type 2 ou les cancers hormonaux.
Préférez-y des alternatives végétales comme les laits d’amande ou de noisette par exemple, c’est simple accessible et délicieux.
Et si vous souhaitez continuer à consommer des produits laitiers, préférez les formages très affinés, le beurre en quantité raisonnable et les produits au lait de chèvre ou de brebis, tous biologiques autant que possible.

Bien sûr, tout ceci va à l’encontre de ce que j’ai entendu pendant mon enfance, mon adolescence et une partie de mon âge adulte…donc j’imagine que vous aussi.
Nos parents n’ont pas voulu mal faire, ils ne savaient pas. Mais factuellement, malgré les avancées incroyables de la médecine actuelle, les maladies inflammatoires chroniques sont un véritable fléau de société.
Les combattre commence lorsque nous faisons nos courses et se poursuit dans notre assiette.
Alors, malgré la difficulté que je ne connais que trop bien, je vous invite à initier le changement.

Commencez avec des choses simples.
Ne supprimez pas. Remplacez.
Et mangez pour être bien, pendant très longtemps.

Et vous pouvez faire pareil avec une chose simple : aumgenter vos portions quotidiennes de légumes et de tubercules.
Commencez par en manger plus quand vous en manger. Cherchez ensuite à en ajouter à (presque) tous les repas. (Nous vous recommandons d’éviter les légumes au repas que vous prendrez juste avant l’entraînement).
Nous avons aujourd’hui une variété incroyable de légumes disponibles et si vous apprenez à leur donner du goût, vous allez les adorer !
Les tubercules sont d’excellentes sources de fibres et de micro nutriments. Les carottes, les panais, le céleri-rave, les patates douces…Poêlés, à l’eau et assaisonnés, au four…avec de l’huile d’olive, des épices et des herbes, vous obtenez un remplaçant délicieux pour vos “féculents” habituels.

J’avais pour habitude d’être “un puits sans fond”, d’être celui qui finissait les plats de tout le monde et mangeait systématiquement plus que de raison.
Je suis même souvent tombé dans des troubles alimentaires émotionnels et compulsifs.
En affrontant ça, on fait plus attention à ce qui se passe autour de nous … et le constat est terrible : nous mangeons, en grande majorité, beaucoup trop !
D’une part, parce que l’addiction aux glucides (sucres ; voir point 1) est bien réelle mais d’une autre parce que nous n’écoutons plus les signaux de notre corps.
Nous sommes prévus pour nous auto-réguler. Notre corps naît avec cette capacité et nous la perdons souvent au fil des années. Et qu’est-ce que je l’avais perdue !
Les excès de quantité étaient quasi systématiques. Un coup de mou ? Je mange. Triste, fatgiué, frustré ? Je mange. Un entraînemen ? Je mange. Un rendez-vous ? Je mange. Il en reste dans le plat ? Je mange.
Dingue.
Et tellement néfaste à long terme.
Aujourd’hui, je prends le temps (presque toujours ;-)) de laisser la place aux signaux que mon corps m’envoie. C’est un apprentissage que je fais encore mais qui m’apporte déjà beaucoup de bienfaits.

Manger anti inflammatoire, c’est manger pour la santé, l’énergie, la récupération, la vie. C’est manger parce que c’est bon, parce que ça nous fait du bien.
Ne mangeons pas parce que nous sommes tristes, seuls, fatigués, en colère ou stressés. Nous pouvons écouter notre corps quand il essaye de nous dire qu’il en a assez.
Nous pouvons faire mieux.

Ce que vous mangez doit vous plaire.
Mettez des épices, des herbes, variez les cuissons, créez des sauces, des associations…aimez ce que vous manger parce que ça vous fait du bien mais aussi parce que c’est bon !

Et quand vous souhaitez profiter d’un bon moment avec des proches, faites-le. Sans culpabiliser.
Contentez-vous d’éviter les produits qui, littéralement, vous font du mal. Ceux que vous digérez difficilement, qui vous fatiguent ou qui vous causent d’autres troubles (humeur, peau, mal de tête…), laissez-les sur le côté.
Et pour le reste, profitez du moment, de vos proches et régalez-vous. La vie, c’est ça aussi.

Nos podcasts sur l’alimentation